Interview rare de José Giovanni

Suite aux sorties récentes chez TF1 de Ho ! (1968) de Robert Enrico et Les égouts du paradis (1979) de José Giovanni, il est temps de faire un point sur l’oeuvre de José Giovanni en DVD et profitons aussi de cette news pour retrouver le cinéaste dans une interview (absente des bonus DVD semble t-il) à l’occasion de la sortie en salles de son dernier film Mon père en 2002 avant sa disparition en 2003.

Commençons par Giovanni scénariste. Sont déjà disponibles Le trou (1960) de Jacques Becker et Un nommé la Rocca (1961) de Jean Becker (Studio Canal collection série Noire), Classe tous risques (1960) de Claude Sautet et Le deuxième souffle (1966) de Jean-Pierre Melville (René Chateau collection Années 50), Avec la peau des autres (1966) de Jacques Deray dans une édition belge, la trilogie Robert Enrico avec Les grandes gueules (1965) chez Opening, Les aventuriers (1967) chez M6 / SNC et donc Ho ! (1968) chez TF1.

Continuons par Giovanni réalisateur. Sont également disponibles Le rapace (1968) dans le coffret Lino Ventura paru chez Studio Canal, Dernier domicile connu (1970) et Le ruffian (1983) chez Studio Canal collection Série Noire, La scoumoune (1972) toujours édité par Studio Canal mais uniquement dans la collection Belmondo en kiosques, Deux hommes dans la ville (1973) chez Pathé dans la collection Alain Delon, Le gitan (1975) et Comme un boomerang (1976) encore chez Studio Canal dans la collection Alain Delon, Les égouts du paradis (1979) édité par TF1 et pour terminer Mon père, il m’a sauvé la vie (2002) chez Studio Canal toujours !

Manque à l’appel en DVD : son premier film La loi du survivant (1967), un film resté inconnu Où est passé Tom ? (1971), un polar qu’il juge raté Un aller simple (1971), un drame policier Une robe noire pour un tueur (1981), un film de mercenaires Les loups entre eux (1985) et un film sur les résistants Mon ami le traître (1988).

Au rayon des bonus dans lesquels intervient le cinéaste, jamais avare en paroles et en révélations,  l’amoureux du cinéma de José Giovanni jettera son dévolu sur Le trou (basé sur sa propre histoire, enfin sa propre évasion de la prison de la Santé), Le cercle rouge (pour comprendre son inamitié vis-à-vis de Jean-Pierre Melville), Le gitan et Comme un boomerang (pour sa fructueuse collaboration avec Alain Delon), Dernier domicile connu et Le ruffian (pour son amitié profonde avec Lino Ventura) et enfin Mon père (pour son hommage à son père qui lui a sauvé la vie !)

Publicités

Une réflexion au sujet de « Interview rare de José Giovanni »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s