Archives mensuelles : décembre 2009

Top 15 de la Blaxploitation

Les heureux acheteurs du n°4 spécial Blaxploitation auront le plaisir de découvrir une petite nouveauté : une cotation (purement subjective) de chaque film allant de 1* à 5*. Par manque de place, je voulais intégrer un top 15 des films les plus significatifs pour découvrir ce genre éphémère des années 70 (entre 200 et 300 films au total). Aussi, je profite de ce blog pour remédier à cette absence au sein du fanzine. Peu ou pas de surprises dans ce top 15 des Black Action Films, simplement classés por ordre chronologique.

Cotton comes to Harlem (1970) de Ossie Davis. Avec Godfrey Cambridge, Raymond St-Jacques, Calvin Lockhart, Judy Peace, Redd Foxx. Musique de Galt Mc Dermott. Une adaptation brillament réussie d’un roman de Chester Himes pour une visite haute en couleurs de Harlem.  DVD MGM Z1 (vost)

Shaft, les nuits rouges de Harlem (1971) de Gordon Parks. Avec Richard Roundtree, Moses Gunn, Charles Cioffi. Musique oscarisée de Isaac Hayes. L’oeuvre la plus connue de la Blax’, une date dans l’histoire du genre qui entraîna 2 suites : Les nouveaux exploits de Shaft (1972) moins convaincante et Shaft contre les trafiquants d’hommes (1973) assez divertissante grace à la musique remarquable de Johnny Pate. DVD Warner Z2 (vf et vost) pour les 3

Black Gunn (1972) de Robert Hartford-Davis. Avec Jim Brown, Martin Landau, Luciana Paluzzi, Timothy Brown, Bernie Casey, Bruce Glover. Musique de Tony Osborne. Le massif Jim Brown dans son meilleur film, un polar aussi intéressant sur le fond que sur la forme, entouré de seconds couteaux efficaces. DVD Z1 (vo)

Blacula, le vampire noir (1972) de William Crain. Avec William Marshall, Vonetta Mc Gee, Thalmus  Rasulala, Denise Nichols. Musique et chansons de Gene Page. La meilleure tentative de l’adaptation d’un classique de la littérature fantastique, un must. DVD MGM Z1 (vf et vost)

Meurtres sur la 110ème rue (1972) de Barry Shear. Avec Anthony Quinn, Yaphet Kotto, Paul Benjamin, Antonio Fargas, Anthony Franciosa. Musique de J.J. Johnson, chansons de Bobby Womack. Un classique du polar urbain magnifié par un scénario malin, une musique magnifique et des interprètes de talent. DVD MGM Z2 (vf et vost)

Savage (1972) de Cirio H. Santiago. Avec James Iglehart, Carol Speed, Ken Metcalfe, Vic Diaz. Musique de Don Julian. Une petite bande guerrière savoureuse et cheap s’appuyant sur un scénario light mais intéressant. VHS UK Pal (vo)

Superfly (1972) de Gordon Parks Jr. Avec Ron O’Neal, Carl Lee, Sheila Frazier, Julius Harris. Musique de Curtis Mayfield. La 2nde oeuvre la plus connue du phénomène Blax’, un autre classique qui fait d’un dealer charismatique le héros et la source d’inspiration de futurs films. A noter une suite sans grand intérêt réalisé par Ron O’Neal : Superfly T.N.T. DVD Warner Z1 (vf et vost)

Black Caesar, le parrain de Harlem (1973) de Larry Cohen. Avec Fred Williamson, Julius Harris, Art Lund, Gloria Hendry, d’Urville Martin. Musique de James Brown. Le film de gangsters emblématique des Black Action Films qui révéla Fred  » Hammer  » Williamson et entraîna une suite sans scénario beaucoup plus explosive : Casse dans la ville. DVD MGM Z2 (vf et vost)

Cleopatra Jones (1973) de Jack Starett. Avec Tamara Dobson, Bernie Casey, Brenda Skyes, Antonio Fargas, Shelley Winters. Musique de J.J. Johnson. La grande rivale de Pam Grier dans une aventure agréable aux allures de James Bond au féminin. A noter une suite divertissante : Cleopatra JOnes et le casino d’or. Warner Z2 (vf et vost).

Coffy (1973) de Jack Hill. Avec Pam Grier, Booker Bradshaw, Sid Haig. Musique de Roy Ayers. Le chef d’oeuvre de Pam Grier, un pur film film d’exploitation sans failles, dominé par l’égérie Pam Grier. DVD MGM Z2 (vf et vost)

Willie Dynamite (1973) de Gilbert Moses. Avec Rosco Orman, Diana Sands, Thalmus Rasulala, Joyce Walker. Musique de J.J. Johnson. Grandeur et décadence d’un mac individualiste, aux tenues groovy, à New-York. DVD Universal Z1 (vost)

Black belt Jones / La ceinture noire (1974) de Robert Clouse. Avec Jim Kelly, Gloria Hendry, Scatman Crothers. Musique de Luchi de Jesus. La star afro de kung-fu Jim Kelly à son sommet dans un film taillé à sa mesure. DVD Warner Z1 (vo) à venir

Uptown saturday night (1974) de Sidney Poitier. Avec Sidney Poitier, Bill Cosby, Harry Belafonte, Richard Pryor, Rosalind Cash, Paula Kelly, Calvin Lockhart. Musique de Tom Scott. Une excellente comédie portée par le duo Sidney Poitier / Bill Cosby, entouré d’un casting aux petits oignons. DVD Warner Z1 (vost)

Bucktown (1975) de Arthur Marks. Avec Fred Williamson, Pam Grier, Thalmus Rasulala, Bernie Hamilton, Tony King, Art Lund, Carl Wheaters. Musique de Johnny Pate. Le dernier grand film de la Blaxploitation avec la réunion des 2 stars Fred Willimason et Pam Grier. DVD MGM Z1 (vost)

Petey Wheatstraw (1977) de Cliff Roquemore. Avec Rudy Ray Moore, Jimmy Lynch, Lady Reed. Musique de Nat Dove. Tous les films de Rudy Ray Moore se valent mais celui-ci possède un grain de folie particulier et une furieuse envie de fantastique pour un résultat délirant et cheap. DVD BQHL Z2 (vost)

Et j’oublie un petit dernier, un 16ème film, un bonus en quelque sorte

The spook who sat by the door (1973) de Ivan Dixon. Avec Lawrence Cook, Paula Kelly. Musique de Herbie Hancock. Un joyeux petit brûlot, une oeuvre engagée adaptée du roman de Sam Greenlee. DVD Monarch Z1 (vo)

Publicités

Sortie officielle de DiabolikZine 4

Roberto Tobias est heureux et fier de vous annoncer la sortie de son 4ème bébé, un beau fanzine de 130 pages, pesant 400 grammes, consacré à la Blaxploitation ou Black Action Films

Je profite de ce billet pour d’abord remercier tous ceux et celles qui ont gentiment participé au sondage organisé il y a 2 semaines pour choisir la couverture officielle et ensuite pour communiquer les résultats définitifs. Vous avez 44 à jouer le jeu et à voter : 16 ont désigné la couverture de Coffy, 12 celle de Black Caesar, 11 celle de Candy Tangerine Man, 3 celle de Shaft in Africa et 2 celle de Superfly TNT.

Et voici la couverture officielle du n°4

Ce numéro qui contient 130 pages de chroniques et 4 pages couleur d’insert d’affiches se compose de 6 chapitres : Introduction (8 pages), Polars Urbains et Nouveaux Héros (Polars urbains, Shaft et les nouveaux héros, Superfly, les macs et le besoin de se révolter : 30 pages), Les 3 démolisseurs (Fred Williamson, Jim Brown, Jim Kelly : 30 pages), Les Panthères de Harlem et d’ailleurs (Pam Grier, Cléopatra Jones et les Dynamites girls : 19 pages), Black Fantastik Movies (7 pages), Diversité et Variété (Diversité & variété, Rudy Ray Moore, les comédies de Sidney Poitier, Michael Schultz et Richard Pryor : 36 pages). Un total de 99 films et une série télévisée de 7 épisodes visionnés pour ce numéro thématique.

Le prix est de 13 € (pour une remise en mains propres) ou 16 € (pour un envoi par la Poste).

Pour les modalités, envoyez-moi un mail : robertotobias@hotmail.fr

Afyon Oppio chez Chris Soundtrack Corner

Le label italien Cinevox, bien connu des puristes pour ses soundtracks italiens 60’s & 70’s, a rétrocédé les droits de la musique du film Afyon Oppio (composé par le duo magique Guido & Maurizio de Angelis) au jeune label allemand Chris Soundtrack Corner qui s’est comme par hasard spécialisé dans le soundtrack easy de tout pays (Italie, France, Japon) et de tout genre cinématographique (péplum, western, polizioteschi, espionnage, yakuza, blaxploitation …).

12 titres au total dont 2 inédits pour un résultat savoureux qui fait cependant plus penser à une musique de western seventies d’Enzo G. Castellari qu’à un poliziotto de Ferdinando di Baldi aux multiples titres français (Action Héroïne au cinéma et La filière en vidéo) et internationaux (the Sicilian Connection en anglais, the Opium Connection en allemand, La ruta del Opio en espagnol). Dans le film, Ben Gazzara remonte la filière du trafic de stupéfiants des fins fonds de la Turquie jusqu’en Europe.

Une petite bande annonce pour le plaisir des cinéphiles

Et un lien vers le site en question : Chris Soundtrack Corner où l’on peut écouter des extraits des musiques proposées sur le catalogue de VPC.

Inglorious Bastards / Basterds chez Universal

C’est le 5 janvier que nos glorieux salopards refont surface en DVD et en Blu-ray. Au programme : Inglorious Basterds, le remake foireux de Quentin Tarantino, gros succès planétaire (2,8 millions de spectateurs en France, 120 millions de $ au box office US et 311 millions de $ au box office mondial) et Inglorious Bastards, l’oeuvre originale d’Enzo G. Castellari, mieux connu dans nos contrées sous le joli titre d’Une poignée de Salopards.

Ce 7ème film de Tarantino est proposé au format 2.40, 16/9 anamorphique compatible 4/3. Audio DD 5.1 anglais et français. Sous-titres anglais et français. Question bonus, ce n’est pas très clair encore. On trouve 3 scènes inédites ou prolongées, un film de propagande  » La fierté d’une nation  » (réalisé par Eli Roth) et des bandes annonces pour l’édition DVD. Pour ceux qui ont succombé à la tentation bleue du blu-ray, ils pourront découvrir en plus une table ronde entre Brad Pitt et Quentin Tarantino (31 mn), un hommage de Tarantino au film original de Castellari, une conversation avec Rod Taylor, le making of  du film de propagande, 2 montages clin d’oeil, module sur les affiches et bandes annonces. Par ailleurs, la Fnac qui continue dans sa politique d’ajout de disque ou de livret annonce aussi un 2nd DVD pour une édition exclusive (sans doute les bonus du blu-ray). Le tout pour 19,99 € en DVD.

Ce qui nous amène à Une poignée de salopards, film de guerre très divertissant de 1978, réalisé par Enzo G. Castellari, qui débarque en même temps dans les bacs. Format 1.85, 16/9 compatible 4/3. Audio DD 2.0 anglais et français. Sous-titres français. Et un seul bonus : une conversation entre Castellari et Tarantino (38 mn). Prix conseillé de 9,99 €

Pour rappel, le DVD d’Inglorious Bastards est déjà disponible dans pas mal de pays. L’éditeur allemand KochMedia a été le premier à dégainer en 2007 avec une belle édition comprenant un documentaire exclusif de 45 mn sur la production du film. L’éditeur américain Severin Films a riposté en 2008 avec une triple édition (2 DVD + 1 CD) qui comprend une conversation entre Castellari et Tarantino (voir DVD Universal), un commentaire audio de Castellari, un documentaire inédit (avec le réalisateur Enzo Castellari, les acteurs Fred Williamson, Bo Svensson et Massimo Vanni, le chef des effets spéciaux Gino de Rossi, le producteur Roberto Sbarigia et le scénariste Romano Toscano), une featurette sur les lieux de tournage en compagnie de Castellari, bande annonce originale et un CD de la musique de film en bonus. Sans oublier une double édition de l’éditeur danois Another World Entertainement avec une interview d’Enzo G. Castellari, une interview du compositeur Francesco de Masi, génériques de début et de fin alternatifs, bande annonce et slideshow

(1ère édition allemande de Koch Media)

(édition triple de Severin Films, dispo aussi en simple)

(double édition danoise)

Interlude Shake Sauvage (Petrol Pop)

Moi aussi y’en a vouloir des sous en ce moment …

Moi aussi j’aime ça le pétrole, je suis capable de tout pour du pétrole …

Moi aussi pour un homme qui a du pétrole, je flambe, je fonds, je brûle, je me consume, j’explose, je fioule …

Un titre à retrouver sur l’excellente compilation Shake Sauvage french soudtracks 1968-1973 du label allemand Crippled

Ou, tout simplement, sur la cultissime BO du film Moi y’en a vouloir des sous (1972) composé par Michel Magne, disponible dans la collection J’écoute le cinéma chez Universal.

L’équipée du Cannonball déjà chez Metropolitan

Depuis le 25 août, est disponible en DVD L’équipée du Cannonball chez Metropolitan, comédie d’aventures, réalisée par Hal Needham (un ancien cascadeur devenu réalisateur, spécialiste des comédies avec Burt Reynolds), qui rassemble un gros casting de stars venus s’amuser dans un cocktail d’humour, de parodie et d’action que je n’avais pas revu depuis une location dans les années 80.

Commercialisé au prix de 12,99 €, ce DVD a la bonne idée de nous proposer 2 versions du film : une version française (85 mn) et une version originale sous-titrée (92 mn), ainsi qu’une excellente copie aux couleurs vives. Format respecté 1.85, 16/9 compatible 4/3. Audio anglais DD 2.0 et français mono.

Produit par Raymond Chow, le film de 1981 suit une longue course sans règles et sans limite de vitesse, inspirée des courses clandestines du Cannonball organisées aux Etats-Unis de 1973 à 1978, à laquelle a participé Brock Yates (le scénariste du film). Traité sur la mode de la comédie, les concurrents (nombreux) doivent parcourir 5000 km d’est en ouest et battre le record établi de 32 heures. Parmi les équipes, on retrouve Burt Reynolds et Dom de Luise dans une ambulance (avec Jack Elam en docteur fou), Dean Martin et Sammy Davis jr. en faux prêtre dans une Ferrari rouge, Roger Moore dans le rôle d’un acteur qui joue Roger Moore qui joue à l’agent secret au volant d’une Aston Martin à gadgets, Jackie Chan et Michael Hui dans une Subaru truffée d’informatique et invisible la nuit, Adrienne Barbeau et Terry Bradshaw en tenues moulantes dans une Lamborghini noire, Jamie Farr en sheik saoudien dans une Rolls Royce blanche, Farrah Fawcett en journaliste et Peter Fonda en chef de bikers.  Un beau programme vitaminé en perspective …

Petit bétisier de générique de fin

 » Bye Bye Sweet Lol ! « 

Bon, c’est le genre de nouvelle dont je me serai très bien passé en cette fin d’année. En effet, lors de la grande campagne de sondage pour choisir la future couverture du n°4, j’ai appris avec tristesse la disparition prématurée de ma fidèle collaboratrice, Laurence Grosset, affectueusement surnommée  » Lol « , qui avait si gentiment participé à la relecture des n°2 et n°3. Elle était ravie d’apporter sa collaboration certes modeste mais utile à l’aventure DiabolikZine.  De graves soucis de santé en ont décide autrement. Elle avait décidé de faire une pause sur ce n°4 pour se soigner correctement et retrouver son énergie et sa santé afin de revenir sur le n°5. Mais la maladie a eu raison de son courage et de son abnégation au début de cet été. Sa disparition soudaine alors qu’elle était dans la fleur de l’âge me rend profondément triste (surtout que nous étions de la même génération) et me fait penser à cette cruelle réflexion de Patrick Dewaere dans Préparez vos mouchoirs :  » Mourir à 35 ans, tu te rends compte de la perte, quelle époque de con ! « . Fille charmante et agréable, souriante et déconneuse, ce fut un plaisir et une joie partagée de l’avoir à mes côtés le temps de 2 numéros en faisant découvrir le cinéma bis. J’ai aujourd’hui une pensée pour sa famille.

Bye Bye Sweet Lol. Amuse-toi bien là-haut. Ce n°4 te sera dédiée …