Interlude : Rockyrama

Le petit et discret éditeur Black Book a sorti un superbe livre ludique sobrement intitulé Rockyrama n°1 pour un retour dans l’adolescence des années 80 à travers la culture populaire américaine. Un recueil d’articles rédigés spécialement pour ce numéro appelé à devenir indispensable (Cobra, La porte du paradis, Al Leong, La Cannon, Run DMC, John Hugues, Tom Cruise, le metal, Predator, le catch, Don Simpson …), des interviews toutes inédites (John Carpenter, Bob Gale, Joel Silver, Tyler Stout …), la culture et le style des années 80 (le Slime, les autocollants, les jaquettes, les produits dérivés …), des illustrations variées de toute taille dans la version simple et un poster exclusif sur papier glacé d’Indiana Jones and the temple of doom + un 45 tours dans la version collector avec couverture fluorescente. 350 pages riches et variées pour un numéro fait de cinéma, de musique et de pure nostalgie.

Voici le titre d’accompagnement rédigé par Johan Chiaramonte, le rédacteur en chef :

Here is Rockyrama premier du nom, donc.

Chère lectrice, cher lecteur, le numéro que tu tiens entre tes deux mains que tu as préalablement lavées pour prendre soin de ton mook se lit comme on mate un bon blockbuster, tu sais, celui que tu as au fond du placard sur une vieille K7 VHS usée et fatiguée : entre potes, confortablement installé, avec une bonne quantité de junk food à portée de mains, et toutes ces putains de punchline que tu connais par coeur. Avec ce premier opus nous avons voulu te ramener dans les eighties, celles qu’on aime toutes et tous. Que tu aies connu cette époque ou pas, tu vas avoir l’occasion de « sentir » l’ambiance perdue d’un vidéo club, apprendre comment Don Simpson a révolutionné le cinéma moderne, découvrir l’épopée Tetris, fantasmer sur les théories extra terrestres visant Michael Jackson, comprendre pourquoi Breakfast Club se vit mais ne se raconte pas, porter avec nous Predator au panthéon des plus grands films de l’histoire, analyser Cobra, rencontrer Bob Gale ou John Carpenter, et encore plein d’autres trucs qui te rendaient si impatient ces derniers mois, sans que tu saches vraiment pourquoi.
Évidemment nous sommes tous d’une mauvaise foi évidente, et l’exagération outrancière est ici élevée au rang de religion, sans quoi l’aventure serait beaucoup moins drôle.

Ce numéro se veut la De Lorean du lecteur, le véhicule qui va le ramener dans le passé en le gardant fermement tourné vers l’avenir, une sorte de « marche arrière en avant », parce que là où on va y a pas vraiment besoin de route et du reste.

Un vrai retour vers le futur en somme.

Enfin je tiens à remercier ici, les auteurs et graphistes, qu’ils soient professionnels ou juste passionnés, pour le temps, l’énergie et la rage qu’ils ont mit à mon service, et surtout au vôtre, bande de veinards.

Gloire à vous nobles guerriers, car Rockyrama, son ring, c’est la rue !


Rocky bisous !

Prix de 29,90 € pour la version simple et de 39,90 € pour la version collector …

Publicités

Une réflexion au sujet de « Interlude : Rockyrama »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s