DiabolikZine 7 … le voilà …

La fin de l’année approche à grands pas et ne pouvait se terminer sans la sortie du nouveau DiabolikZine, un spécial n°7, qui s’est fait attendre. Prévu un temps pour la rentrée, puis pour l’automne. Le voilà qui débarque juste avant l’hiver, pour les fêtes de Noël …

Diabolik Zine 7

Pourquoi un spécial n°7 ? Parce que ce numéro de 160 pages a délaissé un peu le bis italien qu’on adore et apprécie pour se concentrer davantage sur le cinéma populaire français des années 60 à travers 3 axes à la française. Mais ce n°7 n’a pas oublié le bis traditionnel avec 3 autres dossiers non moins incontournables :

Pas de roses pour André Hunebelle. Le maître des films de cape et d’épée, l’artisan des OSS 117 et l’orfèvre du mythe pop de Fantômas. Le maître verrier d’avant-guerre devenu cinéaste éreinté par la critique après-guerre. Période retenue pour aborder sa filmographie : 1959 – 1969 avec 13 films qui ont fait la joie des spectateurs. En bonus : 2 productions + un hommage à Frederick Stafford. (30 pages)

Jean Marais & Gérard Barray : le maître et l’élève. Un dossier de coeur pour prolonger le plaisir pris à la vision des films d’Hunebelle via des productions de cape et d’épée (de Bernard Borderie, Henri Decoin et Pierre Gaspard-Huit), des films d’aventures et d’action (de Christian Jaque et Pierre Gaspard-Huit) et de comédies (de Stanislas à San Antonio). 16 films au total pour aborder leurs filmographies dans les années 60 (de 1958 à 1968) + hommage à Guy Delorme. (30 pages)

Barbouzes et espions à la française. Dossier pour compléter celui sur les espions à l’italienne du n°6 et donner un aperçu du genre avec le Gorille, le Tigre, le Solitaire, le Judoka, le Vicomte, X13. Une riche sélection de 21 bandes d’espionnage tout azimut (en noir et blanc, en couleurs, sur le sol français ou européen) pour revoir Lino Ventura, Roger Hanin, Eddie Constantine, Jean Marais, Gérard Barray, Jean-Claude Bercq, Ray Danton, Kerwin Matthews en action. (30 pages)

Pirates, corsaires et boucaniers à l’italienne. Partir à l’abordage des galions, agir pour le compte des pays européens en guerre, se cacher sur l’île de la Tortue, s’emparer de trésors. S’évader sur les mers agitées et infestées de pirates dans 13 aventures surannées où l’on revoit Lex Barker, Richard Harrison, Sean Flynn, Livio Lorenzon, Gérard Barray, Gianna Maria Cannale, Chelo Alonso à la barre de navires à la tête de mort. (20 pages)

Beretta 70 & Roma Violenta : Stelvio Cipriani. Pour le retour de cette rubrique phare, un focus sur le compositeur attitré du genre sur la période 1972 – 1980 à travers 13 polizioteschi de la grande époque. Sirène de police, course poursuite endiablée, fusillades, flic coriace, gangsters névrosés et mélodie inoubliable. (18 pages)

De Monnezza à Nico Giraldi. 2 personnages cultes et incontournables du poliziotto interprétés avec délice et malice par Tomas Milian, l’acteur caméléon et facétieux. Le délinquant sympa et rusé face au flic marginal au bleu de travail et au bonnet de laine. Les 3 films de Monnezza + l’intégrale de la saga Nico Giraldi constituée de 11 productions et d’un hommage à Bombolo (le fidèle compagnon à claques)+ 2 oeuvres dérivées de Monnezza à la croisement des années 80. (24 pages)

Le coin des fanzines et une critique bonus (3 pages)

Ce numéro de 160 pages sera vendu au prix de 15 € (ou 18,50 € frais de port compris ; pour 2 numéros, comptez 5 € ; pour l’étranger, frais de port à confirmer).

Pour info, pour les retardataires, il reste 8 exemplaires du n°6 (prix inchangé de 14 € pièce) et 4 seulement de l’additif spécial espionnage (prix de 3 €) encore en stock.

Pour toutes les commandes et les diverses modalités, envoyez-moi un mail à robertotobias@hotmail.fr

Publicités

2 réflexions au sujet de « DiabolikZine 7 … le voilà … »

  1. J’ai commencé à en prendre connaissance, et je me régale !
    Bon le dossier concernant les pirates/corsaires italiens et celui concernant les espions français ne sont pas trop ma tasse de thé mais pour le reste c’est pile dans mes préférences cinéma. Et puis de toutes façons c’est la diversité des genres abordés qui fait le charme de cet excellent fanzine.
    Toujours une mise en page agréable et claire, une foule de détails et d’informations très intéressants et un dos de couverture très coloré que j’adore.
    Si je peux me permettre un petit bémol: la partie résumé et description du film semble prendre un peu plus le pas sur la partie avis/ressenti de Roberto. C’est dommage car c’est celle que je préfère…mais bon à vérifier car je n’ai lu qu’une petite dizaine de chroniques !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s