Archives pour la catégorie FANZINE / LIVRE

Videotopsie n°15 disponible dans les bons kiosques

Alors que certains fanéditeurs se la coulent douce actuellement (l’auteur de ce blog pour ne pas le citer …), d’autres ne s’arrêtent pas en si bon chemin en gardant la foi : Didier et son Medusa historique (le n°26 prévu pour janvier 2015), Stéphane et Toutes les couleurs du bis thématiques (le n°6 un spécial Lucio Fulci annoncé pour fin octobre) et David et son excellent Videotopsie (le n°15 disponible dans tous les bons kiosques spécialisés). Le n°14 consacré à la carrière de Jack Starett était à mon avis son must en la matière mais là je crois que le n°15 sur l’actrice française méconnue Annie Belle et sur Vicieuse et manuelle se révèle encore un cran au-dessus du précédent.

videotopsie13   videotopsie-14   Videotopsie15

Ce numéro (sans doute son plus beau esthétiquement) se décompose de la façon suivante pour un total de 112 pages avec ses superbes couvertures recto-verso couleur :

– un dossier exclusif sur Annie Belle (celle du portait bien son nom) avec une biographie + sa filmographie détaillée (le tout richement illustrées)

– le film autopsié Vicieuse et manuelle (1976) de Brunello Rondi avec Laura Gemser, Annie Belle, Al Cliver et Gabriele Tinti

– les indispensables Reviews bis (pour tous les goûts et les genres : du film de monstres King Kong contre Godzilla, du WIP guerrier Camps d’amour pour chiens jaunes, du bis coréen La bataille du 38ème parallèle, un avatar des films de zombies Zombie 108, un objet filmique non identifié thaï Cannibal mercenary, de l’érotisme sensuel Vampyros lesbos, de l’eurospy germano-espagnol Jerry Land – chasseur d’espions, du giallo naissant L’adorable corps de Deborah, du porno poussif signé Abel Ferrara Nine lives of a wet pussy, du gore 80’s Paganini horror, du poliziotto tardif I padroni della citta avec Jack Palance, du polar rural québecois Le grand rock, du docu horrifique anglo-saxon Vice squad et une critique approfondie sur Hollywood chainsaw hookers),

– une étude de la saga Hurlements en 8 films

– un bel entretien avec Léon Paul de Bruyn, réalisateur de Maniac nurses

– un brin de Cinéma amateur avec quelques bouts de pelloches

– un peu de Kiss à Balaruc-les-Bains avec son musée, son jardin et sa visite guidée

– le rayon des Fanzines et quelques infos en détail

Un numéro éclectique, bien documenté, savamment écrit par des passionnés, à posséder au plus vite pour un peu de lecture bis au coin de la cheminée en ces temps plus frais.

Pour se le procurer rapidement ce travail d’orfèvre : http://videotopsie.blogspot.fr

Bienvenue 2014 et Diabolikzine le planning

Comme nous sommes encore au mois de janvier, il est temps de vous souhaiter une JOYEUSE ANNEE 2014 et de vous transmettre mes MEILLEURS VOEUX à tous ceux et celles qui viennent s’échouer sur ce blog à la recherche d’une info, d’un film, d’une musique, d’une revue, d’un fanzine …

Au niveau des bonnes résolutions, je m’appliquerai à être plus présent sur ce blog même si ce n’est jamais évident entre la rédaction d’un fanzine, les films, le travail et la vie personnelle. Mais chose promise, chose due …

Le spécial n°7 s’écoule doucement mais sûrement et j’en profite pour remercier chaleureusement ceux et celles qui soutiennent depuis le début (ou en cours de route) l’aventure Diabolikine (7 numéros déjà en 7 ans) sans qui cela ne serait évidemment pas possible. En effet, pas de lecteurs, pas de fanzines …

barbarella-57793

Et j’en profite aussi (et c’est une grande première !!!) pour annoncer le planning Diabolikzine sur la période 2014-2016. A savoir ce qui vous attend car la motivation est toujours là mais le temps fait parfois défaut pour s’y consacrer corps et âme …

La pré-production du n°8 a déjà commencé. Retour au bis le plus traditionnel et le plus pur via 6 sujets qui ont pour l’instant été arrêtés (un indice : il sera question d’un colosse barbu et glouton). Ce prochain numéro risque de ne voir le jour qu’en 2015. Alors 2014, une année sans Diabolikzine ? Eh bien, non, pas du tout. Suite au plaisir pris à la rédaction des n°6 & 7 (2 numéros très 60’s), un additif est prévu pour combler les manques à travers une sélection de films que je n’ai pas eu le temps ou la place de traiter. Il sera question d’aventures, de cape et d’épée, d’espionnage et peut-être … de westerns (petite surprise) !

Autre nouvelle, 2 numéros épuisés seront réédités au premier semestre 2014 : les n°3 & 5 dans une version collector limitée à 75 exemplaires (ou plus selon la demande). Les textes restent inchangés. Seule la mise en page et les illustrations seront modifiées pour uniformiser le tout et accroître le plaisir de lecture. Pour info, déjà 4 dossiers du n°3 ont été refaits en conservant le texte original. J’en parlerai plus longuement en temps voulu quand ces 2 numéros sont disponibles simultanément à la vente ou VPC …

La piste d’un additif au n°4 spécial Blaxploitation a été réactivée. Il semble que Le chat qui fume doit sortir de nouveaux titres en DVD. On attendra cette salve pour compléter le tout. Cet additif sera ainsi composé d’une sélection de films inédits pas vus à l’époque de la rédaction du n°4, de nouvelles visions sur meilleur support de quelques titres et enfin d’un best-of du genre (parmi les films déjà vus) à voir et à posséder dans sa vidéothèque dans le but de satisfaire ceux et celles qui auraient raté le n°4 à sa sortie. Pas de date prévue …

Enfin, en 2016, Diabolikzine fêtera ses 10 ans d’existence sous la forme d’un numéro spécial et collector qui retracera l’aventure du fanzine (sa création, son évolution, etc …). Le contenu et la forme restent encore à définir mais des pistes et des idées sont à l’étude. Qui vivra verra …

MBDEXTE EC001

DiabolikZine 7 … le voilà …

La fin de l’année approche à grands pas et ne pouvait se terminer sans la sortie du nouveau DiabolikZine, un spécial n°7, qui s’est fait attendre. Prévu un temps pour la rentrée, puis pour l’automne. Le voilà qui débarque juste avant l’hiver, pour les fêtes de Noël …

Diabolik Zine 7

Pourquoi un spécial n°7 ? Parce que ce numéro de 160 pages a délaissé un peu le bis italien qu’on adore et apprécie pour se concentrer davantage sur le cinéma populaire français des années 60 à travers 3 axes à la française. Mais ce n°7 n’a pas oublié le bis traditionnel avec 3 autres dossiers non moins incontournables :

Pas de roses pour André Hunebelle. Le maître des films de cape et d’épée, l’artisan des OSS 117 et l’orfèvre du mythe pop de Fantômas. Le maître verrier d’avant-guerre devenu cinéaste éreinté par la critique après-guerre. Période retenue pour aborder sa filmographie : 1959 – 1969 avec 13 films qui ont fait la joie des spectateurs. En bonus : 2 productions + un hommage à Frederick Stafford. (30 pages)

Jean Marais & Gérard Barray : le maître et l’élève. Un dossier de coeur pour prolonger le plaisir pris à la vision des films d’Hunebelle via des productions de cape et d’épée (de Bernard Borderie, Henri Decoin et Pierre Gaspard-Huit), des films d’aventures et d’action (de Christian Jaque et Pierre Gaspard-Huit) et de comédies (de Stanislas à San Antonio). 16 films au total pour aborder leurs filmographies dans les années 60 (de 1958 à 1968) + hommage à Guy Delorme. (30 pages)

Barbouzes et espions à la française. Dossier pour compléter celui sur les espions à l’italienne du n°6 et donner un aperçu du genre avec le Gorille, le Tigre, le Solitaire, le Judoka, le Vicomte, X13. Une riche sélection de 21 bandes d’espionnage tout azimut (en noir et blanc, en couleurs, sur le sol français ou européen) pour revoir Lino Ventura, Roger Hanin, Eddie Constantine, Jean Marais, Gérard Barray, Jean-Claude Bercq, Ray Danton, Kerwin Matthews en action. (30 pages)

Pirates, corsaires et boucaniers à l’italienne. Partir à l’abordage des galions, agir pour le compte des pays européens en guerre, se cacher sur l’île de la Tortue, s’emparer de trésors. S’évader sur les mers agitées et infestées de pirates dans 13 aventures surannées où l’on revoit Lex Barker, Richard Harrison, Sean Flynn, Livio Lorenzon, Gérard Barray, Gianna Maria Cannale, Chelo Alonso à la barre de navires à la tête de mort. (20 pages)

Beretta 70 & Roma Violenta : Stelvio Cipriani. Pour le retour de cette rubrique phare, un focus sur le compositeur attitré du genre sur la période 1972 – 1980 à travers 13 polizioteschi de la grande époque. Sirène de police, course poursuite endiablée, fusillades, flic coriace, gangsters névrosés et mélodie inoubliable. (18 pages)

De Monnezza à Nico Giraldi. 2 personnages cultes et incontournables du poliziotto interprétés avec délice et malice par Tomas Milian, l’acteur caméléon et facétieux. Le délinquant sympa et rusé face au flic marginal au bleu de travail et au bonnet de laine. Les 3 films de Monnezza + l’intégrale de la saga Nico Giraldi constituée de 11 productions et d’un hommage à Bombolo (le fidèle compagnon à claques)+ 2 oeuvres dérivées de Monnezza à la croisement des années 80. (24 pages)

Le coin des fanzines et une critique bonus (3 pages)

Ce numéro de 160 pages sera vendu au prix de 15 € (ou 18,50 € frais de port compris ; pour 2 numéros, comptez 5 € ; pour l’étranger, frais de port à confirmer).

Pour info, pour les retardataires, il reste 8 exemplaires du n°6 (prix inchangé de 14 € pièce) et 4 seulement de l’additif spécial espionnage (prix de 3 €) encore en stock.

Pour toutes les commandes et les diverses modalités, envoyez-moi un mail à robertotobias@hotmail.fr

Cinetrange : nos année 80 volume 2 le revoilà !

Mai 2013, le temps fait grise mine. Il pleut. Mais un rayon de soleil entraperçu au milieu des nuages de la cinéphilie : la sortie du volume 2 de Cinetrange : nos années 80 hors-série 2ème épisode après un peu de retard.

C’est en juin 2012 qu’a eu lieu l’arrivée du 1er volume (voir la news : ici)

La buddy team Jérôme Spenlehauer / Eric Noël a repris les plumes pour nous offrir un voyage nostalgique dans les années 80, de la VHS, des blousons noirs et du minitel, sous l’égide de l’association Sin’Art qui s’est occupé de sa relecture (minutieuse), de son impression et de sa distribution via leur site de VPC (voir la page consacrée aux fanzines : ici).

CinetrangeHS2

Encore une fois, un bon gros pavé de plus de 130 pages en noir et blanc, richement illustré et doté d’un sommaire alléchant réparti entre articles et dossiers. Pêle-mêle, citons Highlander, Piège de cristal, Les rues de feu, Evil Dead II, Street Trash, La féline, Wolfen, Videodrome, Akira, 2010 l’année du premier contact, La galaxie de la terreur pour la rubrique films ayant eu le privilège d’une chronique. Concernant les dossiers, le lecteur aura droit à Antipodes 80’s (le cinéma australien), Mad Max, High Kick Explosion !, Les affiches du cinéma d’action des années 80 (le cinéma reaganien), Slashers 80, Vampires 80’s, The Thing & Prince of Darkness, Extraterrestres, la cinéphilie de genre par le rateau. Sans oublier la vidéothèque : Et pour quelques VHS de plus pour quelques friandises vintage …

Prix de 8 € (sans les frais de port)

Pour se détendre, une petite vidéo pour découvrir l’envers du décor :

Metaluna a débarqué en kiosque …

Métaluna, c’était avant un très beau fanzine au format A5 ou A4, créé par Jean-Pierre Putters et Fabrice Lambot.

8 numéros consacrés au cinéma de genre : série B, bis, Z, fantastique, horreur, science-fiction, merveilleux, bizarre …

Métaluna c’est aujourd’hui un magazine ciné-rock’n’roll (parution bimensuel) disponible en kiosque au prix de 4,90 €.

Le pari est risqué mais l’audace et la passion méritent d’être amplement salués. 84 pages dévouées à un autre cinéma …

metaluna-photo-510241ba5f68e

DiabolikZine n°6 : les films à voir, les titres à découvrir

En marge de la sortie du n°6, il m’a semblé intéressant et logique de dresser pour chaque dossier une liste de films à voir, de titres à découvrir, d’oeuvres à revoir, parmi les 104 films visionnés. En effet, tous les titres vus pour la rédaction de ce numéro ne méritent pas forcément d’y jeter un oeil ou d’y consacrer 1h30 voire 2h de notre temps libre. Aussi, il est utile de souligner que même un mauvais film découvert dans une belle copie DVD au format respecté et en version intégrale sera parfois mieux apprécié qu’un bon film vu dans une médiocre copie VHS aux couleurs délavées, au format tronqué et coupé de quelques minutes …

Ceci étant dit et entendu, voici une sélection des films qui mérite un brin d’attention :

Antonio Isasi Isasmendi / Quasiment rien à jeter chez le cinéaste espagnol et un carré magique composé d’un film de cape et d’épée vivifiant, Scaramouche (1963) avec Gérard Barray, d’un film espionnage décomplexé, L’homme d’Istanbul (1964) avec Horst Buccholz, d’un film de casse high-tech, Les hommes de Las Vegas (1968), d’un thriller dynamique, Meurtres au soleil (1972) avec Chris Mitchum.

Maurizio Lucidi / Pas de grande réussite à l’actif de cet artisan touche-à-tout mais un giallo vénéneux de toute beauté, La victime désignée (1971) avec Tomas Milian et Pierre Clémenti, et un western parodique pour les grands et les petits, Amigo mon colt à deux mots à te dire (1972) avec Bud Spencer et Jack Palance.

Aventures à l’italienne / Un sujet fourre-tout et une sélection historique allant du 12ème au 20ème siècle. Retenons dans les aventures indiennes, Le trésor de Malaisie (1963) de Luigi Capuano et L’homme du Bengale (1965) d’Umberto Lenzi ; dans les figures littéraires : Maciste contre Zorro (1963) d’Umberto Lenzi, Le retour d’Ivanhoé (1971) de Roberto Mauri et l’incontournable Karzan, maître de la jungle (1972) de Demofilo Fidani.

Nos amis les espions européens / Que des bandes charmantes et savoureuses avec une petite préférence pour New-york appelle Super Dragon (1965) de Giorgio Ferroni, Commissaire X dans les griffes du Dragon d’or (1966) de Gianfranco Parolini, Mission spéciale Lady Chaplin (1966) et Opération frère cadet (1967) d’Alberto de Martino, Typhon sur Hamburg (1967) d’Alfredo Balcazar.

Les westerns d’Anthony Steffen / Des films plein de bruit et de fureur, des amoncellements de cadavres et de victimes, des relents de vengeance, de la chasse au trésor, de la parodie avec Quelques dollars pour Django (1966) de Léon Klimosky, Un train pour Durango (1967) de Mario Caiano, Une longue file de croix (1969) et La horde des salopards (1969) de Sergio Garrone, Garringo (1970) de Rafael Romero Marchent, Shango (1970) d’Edoardo Mullargia.

 

H.B. Halicki et la Carsploitation / Vitesse maximum, sirènes de police, déparages, sauts, carambolages pour le plus grand plaisir des fous du volant avec le titre cultissime, La grande casse (1974) d’H.B. Halicki, la perle du genre, Point limite zéro (1971) de Richard Sarafian, le road movie sataniste, Course contre l’enfer (1975) de Jack Starett, le thriller démoniaque, Enfer mécanique (1977) d’Elliot Silverstein, les courses sportives illégales, Gumball rally (1976) de Chuck Bail et L’équipée du Cannonball (1981) d’Hal Needham.

rétro sur Michael Hui / Un orfèvre de la comédie sociologique, burlesque et dynamique avec une trilogie devenue rapidement culte pour découvrir le potentiel du showman : Mister Boo, détective privé (1976), Mister Boo fait de la télévision (1979) et Securited Unlimited (1981).

DiabolikZine 6 enfin !

Initialement prévu en septembre, la sortie du n°6 de DiabolikZine a pris un léger retard consécutif à l’imprimeur et sort finalement en octobre.

152 pages au total, couvertures couleurs, textes en N&B, nombreuses illustrations, 6 sujets traités, 104 films visionnés, des litres et des litres de café et de bière engloutis pour un nouveau numéro très axé  » années 60  » et  » vroum vroum « . Edition limitée à 150 ex.

 

 

On commence ce n°6 par une confrontation Antonio Isasi Isasmendi vs Maurizio Lucidi. D’un côté, les 6 films majeurs d’un cinéaste espagnol, maître des co-productions européennes de standing, qui a touché pour un sans-faute à tous les genres (aventures, cape et d’épée, espionnage, film de casse, thriller, anticipation). De l’autre, 9 films d’un artisan italien inégal, spécialisé avant tout dans le western, le film de guerre, le poliziotto et le giallo. On enchaîne sur Aventures à l’italienne, un patchwork éclectique de 20 titres très sixties regroupant des films basés sur les romans d’Emilio Salgari, des adaptations libres d’Alexandre Dumas, des figures historiques, des faux Zorro cheap, des émules pop de Tarzan. On continue avec Les espions européens, une sélection de 17 missions nées dans le sillage de James Bond pour des résultats souvent charmants et kitsch avec un léger détour sur la saga germanique des Commissaire X. On embraye ensuite sur Les westerns d’Anthony Steffen avec 19 titres où le comédien mal rasé, visage fatigué, regard triste, cigarillo et main sur le colt applique une vengeance trop longtemps ruminée ou convoite un trésor improbable dans un Ouest sauvage où les morts pleuvent plus vite que les balles. On s’arrête un instant sur le phénomène de la Carsploitation en 3 temps : H.B. Halicki dit  » the Car Crash king  » avec ses 3,5 films, Vanishing Point et son désir de liberté avec 8 films puis les courses amusantes du Cannonball, Gumball et une encartade chez les Bootleggers avec 14 films. On termine enfin sur Michael Hui (réalisateur, producteur, scénariste, acteur et comique)  devenu le roi incontestable de la comédie hongkongaise des années 70 & 80 à travers ses 8 meilleurs films. Un numéro riche au sommaire varié …

– Prix unitaire du n°6 : 14 € (ou 17,50 € avec les frais de port)

Petite nouveauté en complément du présent n°6 : un additif spécial espionnage a été réalisé pour être le plus complet sur les espions et pour anticiper les barbouzes français dans le n°7 en préparation. 24 pages, couvertures couleur, 14 films issus du n°1 (la série des Francis Coplan, les aventures de Sergio Grieco, les missions de Sergio Sollima et Umberto Lenzi), textes échangés, nouvelles illustrations N&B et ajout de critiques d’époque. Edition ultra limitée à 50 ex. et disponible uniquement en VPC. Prix unitaire de 3 € …

– Pack n°6 + additif : 17 € (ou 20,50 € avec les frais de port)

Pour les éventuels curieux ou retardataires, il me reste aussi quelques n°5 en stock (prix unitaire de 14 €) …

– Pack n°5 + n°6 : 32 € (frais de port inclus)

– Pack n°5 + n°6 + additif : 34 € (frais de port inclus)

Pour tout renseignement complémentaire, envoyez un mail à robertotobias@hotmail.fr ou laissez un message ici …

Videotopsie 12 déjà disponible

Pour rattraper le retard sur quelques fanzines sortis dans le courant de l’été, un petit mot sur l’excellent Videotopsie n°12 de David Didelot (en tandem avec son frère Yvan), un fanzine aux effluves envoûtantes qui sentent bon le fantastique …

 

Un fanzine en noir et blanc de 56 pages avec quelques pages couleur (du plus bel effet). Au sommaire : l’Antéchrist le film autopsié en long, en large et en travers avec histoire, double version, fiche technique, filmographie et jaquettes étrangères – Review bis avec une sacrée sélection de films bien barrés comme  Amazonia, la jungle blanche, Gloria Mundi, la longue nuit de l’exorcisme, Folie contrôlée, Voltan le barbare, Les tigres du désert, Miami Golem, Class 1984 et encore d’autres … – Giallo per sempre !, entretien avec David Marchand le réalisateur d’un giallo français contemporain tourné dans l’Yonne – Collection Gore : François Sarkel, petit dossier sur cette collection fantastique avec interview d’un sympathique auteur – Rayon fanzines (tout en couleurs). Le tout avec de chouettes illustrations pour 7 € (+ 1,50 € pour la poste)

Pour commander cet indispensable ouvrage : un mail à David Didelot (videotopsie@gmail.com)

DAVID DIDELOT

9, rue Maryse Bastié

52000 CHAUMONT

Un n°13 est semble-t-il déjà sur les rails pour une sortie en 2013

Miroir Noir n°2 disponible !!!

Bon, il est enfin temps de réactiver ce blog après une (longue, très longue) période de farniente d’un côté et de bouclage du n°6 de l’autre. L’actualité autour du cinéma (DVD, Blu-ray, Livres, Fanzines, Musique) étant aujourd’hui chargée, surtout en ce qui concerne le fanzinat et son regain d’activité …

En septembre 2010, j’avais évoqué la sortie d’un nouveau fanzine, Miroir Noir, dans ce post-ci.  2 ans plus tard, un second numéro concocté amoureusement par le maître d’oeuvre, Mickaël Gueydon, vient de débouler sans grande publicité sur le marché actif du fanzine français …

Pour ce nouveau numéro, Mickaël a vu les choses en grand : couverture couleur faite à la main, fanzine de 258 pages en noir et blanc, sujets puisant dans le cinéma bis, la musique psychédélique, la littérature (avec ou sans drogue), le tout pour le prix modique de 10 € (port compris).

Les amateurs de giallo & poliziotto seront aux anges avec les chroniques de 20 titres dont un certain nombre de titres issus de la collection DVD de feu Néo Publishing  : L’ombre d’un tueur, Pour un dollar d’argent, Rue de la violence, La ville accuse, La rançon de la peur, Brigade spéciale, Le clan des pourris, Echec au gang, La tueur à l’orchidée, Le couteau sous la gorge, Je suis vivant, The case of Bloody Iris, L’étrange vice de Mme Wardh,  Toutes les couleurs du vice, La queue du scorpion entre autres (avec une plus-value intéressante : la retranscription papier des commentaires et interviews des bonus DVD faisant intervenir Sergio Martino, Dardano Sacchetti et Ernesto Gastaldi) + un focus sur Edwige Fenech qui n’en finit plus de titiller les plumes des fanzineux.

Les adeptes de bisseries asiatiques ne sont pas oubliés avec quelques titres à base de magie et de kung-fu dont Black magic rites, L’exécuteur défie l’empire du kung-fu, Au pays de la magie noire, The story of Ricky à laquelle se rajoutent  2 thématiques : Le bain au cinéma avec un beau florilège de photos de jeunes et jolies demoiselles dénudées dans leur baignoire (hélas en noir et blanc et dont la qualité technique peut varier suivant les illustrations) et Cinéma japonais avec une review des différents magazines existant ou ayant existe sur le sujet.

Une interview de Jean-Pierre Bouyxou faite par Stéphane de Mesnildot et, en annexe, les retranscriptions des émissions Mauvais Genre consacrés à 2 ouvrages sur le cinéma X, celle à l’occasion de la sortie du Dictionnaire des films français pornographiques et érotiques en 16 et 35 mm (avec 73 films à voir en listing complet) de Christophe Bier et celle sur la sortie de Histoires du cinéma X de Jacques Zimmer.

Pour compléter la richesse de la rubrique cinéma, un peu de Musique psychédélique 2ème partie à la recherche du trip ultime avec textes, sélection d’albums et discographie, un peu de Drogues et littérature 1ère partie avec sélection de textes fumants, préface du livre Du hachisch et de l’aliénation mentale, un peu de Littérature avec Le miroir du merveilleux et des critiques rapides des livres Les seins et La mondaine. Pour finir en beauté, du web et des dizaines de sites spécialisés et des fanzines pour des jours entiers de lecture.

Ce gros pavé au prix de 10 €, idéal pour passer l’automne au chaud, est à commander à Mickaël Gueydon (miroirnoir@dbmail.com) à

MIROIR NOIR

12, rue des Agaches

62000 ARRAS

Site internet pour d’éventuels renseignements complémentaires : miroirnoir

Un 3ème numéro est annoncé avec un sommaire tout aussi alléchant !!!!