Archives mensuelles : mai 2011

Interlude : Bienvenue à Cedar Rapids

Attendu pour le 15 juin en France, voici la bande annonce de Cedar Rapids (titre original bien mieux que sa version française : Bienvenue à Cedar Rapids), une comédie de Miguel Arteta (réalisateur de série télévisée style Ugly Betty, the Office, Six feet under, de the Good girl et Be bad plus récemment), avec Ed Helms de la saga (voir future trilogie) Very bad trip, John C. Reilly de Ricky Bobby, Walk hard et Step brothers (pour ne citer que les plus drôles) et la bien jolie Anne Heche. Le pitch : un agent d’assurances naïf qui n’a jamais quitté sa ville natale du Wisconsin doit participer à une convention dans la grande ville de Cedar Rapids où il sera plongé dans une ambiance électrique, compétitive et propice aux rencontres …

(Pas de bande annonce en VF ou en VOST pour l’instant)

Publicités

L’agression en DVD chez Gaumont à la demande

La société Gaumont continue la commercialisation de son riche catalogue à raison de 5 nouveaux titres tous les mois jusqu’à semble-t-il épuisement de celui-ci. Après une série de films en noir et blanc issu du patrimoine français des années 40 et 50, une nouvelle salve de films en couleurs des années 70 et 80 est prévue pour le 20 juin. Le titre le plus intéressant reste L’agression vendu au prix de 12,99 € (disponible sur le site de Gaumont, en Fnac, sur Amazon et dans quelques boutiques spécialisées sur Paris également).

L’agression (1975), inédit en DVD, film policier de Gérard Pirès (bien avant un certain Taxi de sinistre mémoire), avec Jean-Louis Trintignant, Catherine Deneuve, Claude Brasseur, Philippe Brigaud, Milena Vukotic et Franco Fabrizzi. Musique de Robert Charlebois. Scénario adapté du roman de John Buell  » the Shrewsdale exit  » .Le pitch : sur la route des vacances, la famille Varlin est agressée par des loubards à moto ; à son réveil, le père constate la mort de sa femme et de sa fille de 10 ans ; comme l’enquête de la police n’aboutit à rien, il décide avec sa belle-soeur de faire justice lui-même en tendant un piège à ces voyous. Format respecté du film 1.85 compatible 16/9. Audio français DD 2.0. Durée de 96 mn. Pas de bonus.

Un extrait de la bande originale très funky rock beat …

Pour infos, les autres titres disponibles à la même date seront Clara et les chic types (1981) de Jacques Monnet, L’amour en douce (1985) d’Edouard Molinaro, L’invité surprise (1989) de Georges Lautner et Amour en confusions (1997) de Patrick Braoudé.

DiabolikZine 5 : les dernières nouvelles

L’actualité bis étant actuellement peu chargée (surtout en France), le moment était opportun de donner les dernières nouvelles du n°5 de DiabolikZine suite à un premier teaser au mois de mars. L’écriture arrive bientôt à son terme et ce n’est pas plus mal car le manque d’inspiration stylistique et linguistique commence à se faire sentir après avoir rédigé quelques 120 pages. Ne manque à l’heure actuelle qu’un dossier (et pas des moindres) et un édito dans l’air du temps.

Ce numéro prévu pour l’été se composera de la sorte :

Sergio Corbucci & Franco Nero pour la rubrique Italian West goes to Pop. 21 films et 32 pages. L’intégralité des westerns de Corbucci dont une double critique de son film Le justicier du Minnesota et 3 brèves sur 3 titres déjà chroniqués dans de précédents numéros. En complément, 8 westerns de Franco Nero.

Nos amis les super-héros à l’italienne issus des fumetti et inspirés des séries télévisées. 15 films et 22 pages sur l’âge d’or du cinéma bis en manque d’argent, d’acteurs et de décors mais pas d’idées.

Bitto Albertini, le roi du pseudo pour la rubrique Les artisans du bis. En effet, Adalberto Albertini (l’un des mes cinéastes préférés aujourd’hui) remplace le gros dossier consacré au départ à Tomas Milian pour 2 raisons pratiques : d’abord par manque de place, ensuite pour avoir déjà chroniqué de 4 de ses films fantastiques. Dossier encore à écrire (9 films peut-être 11).

Damiano Damiani & Franco Nero pour la rubrique Roma violenta & Beretta 70. 17 films et 24 pages. Un cinéaste engagé, intéressant et inégal d’un côté, un comédien charismatique et charmant de l’autre pour revivre les grandes heures survoltées du polar italien des années 70.

Bruceploitation strikes back pour la rubrique Kung-fu Fighting. 16 films et 18 pages. Du Bruce Li, Bruce Le, Bruce Lea, Bruce Tang, Dragon Lee, Tong Lung à gogo pour rendre hommage au Petit Dragon à travers une série de films déjantés, délirants, surréalistes ou juste chiants, consternants et ratés.

Mélodie pour Henri Verneuil pour l’intérêt que l’on porte à tout un pan du cinéma populaire français dédaigné à l’époque par la critique et non par le public. 13 films et 28 pages. De Mélodie en sous-sol (1963) aux Morfalous (1984) afin de retrouver la gloire et le panache d’une certaine idée d’un cinéma divertissant de qualité, fait avec amour, sérieux et talent.

Sur ce, il est temps de s’adonner aux plaisirs simples, de boire un verre de Retsina, de goûter un dolma (feuille de vigne farcie), de déguster du tarama, de la tzaziki, de manger de la moussaka avec nos deux amis du casse …