Archives mensuelles : janvier 2011

Une vague de Dario Argento en Blu-ray

Président du jury au festival fantastique de Gérardmer(de), Dario Argento est à l’honneur en ce début d’année chez les éditeurs anglo-saxons de part de d’autre de l’Atlantique. Rappelons que WildSide nous proposé Suspiria, Inferno et Ténèbres en blu-ray l’année dernière (voir le post ici). Maintenant c’est au tour de l’éditeur anglais Arrow Video de nous offrir 3 titres en haute définition : Les frissons de l’angoisse, Inferno et Phenomena. Chaque film sera proposé en édition 2BR avec jaquette dessinée réversible et affichettes à l’intérieur. Du travail d’excellente qualité et bien soigné comme on l’aime …

Au programme : les 2 versions du film en haute définition (la longue de 128 mn et la courte de 105 mn). Disque 1 : version longue avec anglais DD 5.1 &  italian DD mono, introduction du compositeur Claudio Simonetti, commentaire audio de Dario Argento accompagné de Thomas Rostock, 3 documentaires  » rosso recollections – Dario’s deep genius  » –  » Lady in red : Daria remembers Profondo Rosso  » et  » Music to the murder for ! Claudio Simonetti on Deep Red « , trailers originals anglais et italien. Disque 2 : version internationale courte, documentaire  » A tour on Profondo Rosso avec Luigi Cozzi « . A noter que tous les bonus sont proposés en haute définition (1080p).

Edition du 30ème anniversaire du film. Copie restaurée présentée en haute définition. Disque 1 : version intégrale de 106 mn, chois des langues anglais ou italien en DTS, DD 5.1 & mono, introduction de Daria Nicolodi, 5 documentaires  » Dario’s Inferno  » –  » Acting in hot water, interview avec Daria Nicolodi  » –  » The other mother – making of de Black Cat par Luigi Cozzi, la suite non officielle du film  » –  » Inferno Q&A avec Irene Miracle, Keith Emerson et Tim Lucas  » et  » X marks the spot « . Disque 2 : 2 documentaires  » Dario Argento and Lamberto Bava on Inferno  » –  » Dario Argento : an eye for the horror  » et compilation des bandes annonces des 18 films de Dario Argento. Tous les bonus sont en 1080p.

Nouveau transfert haute définition présenté dans son format original 1.66 compatible 16/9. Audio stéréo anglais et italien. Nouveaux sous-titres anglais. Introduction de Sergio Stivaletti, 3 documentaires  » Dario’s monkey business  » making of de 50 mn avec Dario Argento, Dario Nicolodi, Gianlorenzo Battaglia –  » Music for maggots  » entretien avec Claudio Simonetti –  » Creepers for creatures  » sessions de questions -réponses avec Sergio Stivaletti. Bonus en 1080p

De son côté, Blue-underground prépare sa propre contre-offensive en annonçant 3 titres, d’abord Inferno pour le 31 mars, ensuite Les frissons de l’angoisse pour le 26 avril, enfin Le chat à 9 queues pour le 31 mai. Ces deux blu-rays seront toutes zones. Signalons qu’il avait déjà commercialisé L’oiseau au plumage de cristal en HD (mais sans sous-titres français).

Au menu : copie en version intégrale de 106 mn, langues anglais et italien DTS-HD 7.1, DD 5.1 et DD 2.0, 2 featurettes  » Art & Alchemy : entretien avec Leigh MCCloskey  » et  » Reflections of Rose : entretien avec Irene Miracle « , interview avec Dario Argento et Lamberto Bava, introduction de Dario Argento et bandes annonces

Au sommaire : Les 2 versions longue de 126 mn et internationale de 105 mn, langues anglais et italien DTS-HD 7.1, DD 5.1 et DD mono, interview avec Dario Argento, Bernardino Zapponi et Goblin,  » Goblin music video  » (2010),  » Daemonia music video  » (2010) et bandes annonces américaine et italienne

Au programme : copie en haute définition d’une durée de 112 mn, langues anglaise, italienne, française en DTS-HD 2.0, DTS-HD mono et DD mono, sous-titres dans les mêmes langues, featurette  » Tales of the cat : entretiens avec Dario Argento, Dardano Sacchetti et Ennio Morricone « , bandes annonces, spots TV, spots radio et interviews radio avec James Franciscus et Karl Malden.

La prochaine fois, on s’intéressa à Mario Bava et Lucio Fulci dont les films les plus célèbres ont fait récemment leur apparition en blu-ray. Rien de tel ou de mieux pour revoir en HD, détail à l’appui, la jeune Rose Kelvin recracher ses viscères dans Frayeurs.

 

 

Une poignée de Westerns Italiens chez WildEast

En ce début d’année, ça bouge du côté de chez WildEast, sympathique éditeur américain de cinéma bis proposé le plus souvent en double programme (double feature en VO). Il semble qu’aujourd’hui les les éditeurs du monde entier se rendent compte du pouvoir commercial de cette multitude de westerns italiens qui ont été réalisés au cours des années 60 & 70. WildEast a donc planifié 3 sorties pour les mois de février et mars.

The Spaghetti Western Collection vol.32 sera consacré au comédien allemand Peter Lee Lawrence (de son vrai nom : Karl Hirenbach né en 1945 – décédé en 1974) avec un intéressant double programme prévu pour le 2 février et vendu au prix de 19,95 €. Le 1er titre : Hands up dead man, you’re under arrest / Su le mani cadavere ! sei in arresto / ça va chauffer, Sartana revient ! (1971) est un western espagnol réalisé par Léon Klimowsky, mis en musique par Alessandro Alessandroni, avec au générique Aldo Sambrell et Helga Line. Le 2nd titre : Revenge of the ressurected / Un dolar de recompensa / Tu seras la proie des vautours (1972) est un autre western espagnol mis en scène par Rafael Marquent Romero, sur une musique de Nora Orlandi. Caractéristiques communes pour ces 2 films : master anamorphique proposé en 16/9, langue anglaise uniquement et bandes annonces.

The Spaghetti Western Collection vol.34 s’intéresse de son côté à Bud Spencer dans un DVD simple commercialisé pour le 25 février au prix de 9,95 €. It can be done … amigo ! / Si puo fare … amigo ! / Amigo mon colt a deux mots à te dire (1972) est un western comique de Maurizio Lucidi, avec une musique de Luis Bacalov et les présences de Jack Palance, Francisco Rabal, Renato Cestie et Dany Saval. Nouveau master restauré proposé au format original compatible 16/9, bandes annonces et langue anglaise.

The Spaghetti Western Collection vol.? met à l’honneur le comédien américain Mark Damon (qui fit la majeure partie de sa carrière en Italie dans le bis) avec un autre savoureux double programme annoncé pour le 19 mars toujours au prix de 19,95 €. Dead men don’t count / Quien grita venganza ? / Les pistoleros du Nevada (1968) est un western de nouveau réalisé par Rafael Marquent Romero, mis en musique par Ritz Ortolani, avec Anthony Steffen, Piero Lulli et Maria Martini. Présenté en version uncut au format original. Kill and pray / Requiescent (1967) fut mis en scène par Carlo Lizzani, accaompagné d’une musique de Ritz Otolani, avec Lou Castel, Pier Paolo Pasolini, Barbara Frey et Franco Citti. Nouveau master restauré anamorphique au format respecté compatible 16/9, bande annonce et interview exclusive avec Mark Damon. Pour les 2 films, langue anglaise seulement.

 

Le justicier du Minnesota chez Gaumont à la demande

Je n’en avais pas parlé à l’époque mais je tenais à féliciter Gaumont pour nous proposer à la demande quelques titres rares de leur riche catalogue au prix de 12,99 €. Le 20 janvier sera enfin disponible Le Justicier du Minnesota, un western de 1964 réalisé par Sergio Corbucci, sur un scénario d’Adriano Bolzoni, musique de Piero Piccioni, avec Cameron Mitchell, Georges Rivière, Ethel Rojo, Diana Martin, Fernando sancho et Antonio Casas.

Le justicier du Minnesota / Minnesota Clay (1964). Film disponible dans un boîtier thinpack. Copie au format respecté 1.85 compatible 16/9. Langue française DD 2.0 mono. Durée de 88 mn. L’apparition de ce western en DVD tombe plutôt à pic puisque le prochain n°5 compte un dossier  » westerns de Corbucci  » qui contiendra en effet les 12 oeuvres du cinéaste.

Pour infos, bien que ne bénéficiant pas d’une restauration numérique image et son, les copies proposées sont dans l’ensemble de très bonnes tenues. Ayant fait l’acquisition des titres suivants : Les mystères d’Angkor (1960) de William Dieterle, Hardi Pardaillan (1964) de Bernard Borderie, Sept hommes en or (1965) de Marco Vicario, Peau d’espion (1967) d’Edouard Molinaro et Estouffade à la Caraïbe (1967) de Jacques Besnard, la qualité générale est assez satisfaisante. Peu ou presque pas de défauts de pellicules à part quelques plans inévitables sur les génériques. Définition assez jolie et correcte.  Couleurs pour le moins éclatantes, luminosité un peu terne sur le film de Vicario par exemple, et présence éparse de grain parfois sur quelques gros plans. Rien de rédhibitoire au final.

Dr Black, Mr Hyde arrive chez VCI

On ne soulignera jamais assez le travail de VCI, éditeur américain indépendant, qui sort régulièrement une poignée de titres issus de tous les genres cinématographiques (polars des années 40 & 50, cinéma bis, westerns européens, doubles programmes, drames hollywoodiens, serial oublié, films grindhouse …). Les copies proposées sont la plupart du temps très correctes, les formats respectés, toutes zones, quelques bonus parfois présents et les prix modestes. Ainsi, les amateurs de Blaxploitation seront ravis d’apprendre que l’incontournable Dr Black, Mr Hyde est annoncé pour son 35ème anniversaire dans les bacs à partir du 1er mars.

Dr Black, Mr Hyde (1976), réalisé par William Crain à qui l’on doit le formidable Blacula, est un classique du cinéma Blaxploitation et met en scène Bernie Casey, Rosalind Cash, Marie O’Henry, Milt Kogan dans une version bien black de l’histoire originelle de Dr Jekyll et Mr Hyde. La copie est annoncée au format anamorphique 1.85 compatible 16/9, en langue anglaise DD 2.0 uniquement. Pas encore de mentions concernant quelques suppléments éventuels. Cette édition enterrera légitimement tout rip de VHS qui circule régulièrement sur le net.

Petit trailer aux images bien délavées …

Il y a de fortes chances que ce titre figure au sein du n°4 bis, l’additif  qui sera entièrement consacré à la Blaxploitation et qui contiendra quelques 25 films parmi les plus oubliables du genre.

Interlude Robbi, Tobbi and das Fliewatüüt

Bonne année 2011 à tous ceux et celles qui viendraient s’égarer sur ce blog …

Cela faisait  bien longtemps que j’avais envie d’évoquer la remarquable musique d’une mini série allemande d’animation pour les enfants en 1972 devenu accessoirement culte au fil des ans : Robbi, Tobbi und das Fliewatüüt. C’est l’histoire d’un jeune garçon Tobbi et d’un robot Robbi qui construisent un hélicoptère un peu spécial, capable de se transformer en voiture ou en bateau pour visiter du pays. On doit cette série à la fois très kitsch et fascinante à base de marionnettes au réalisateur Armin Maiwald qui a donc adapté pour le petit écran le livre pour enfants de Roman von Boy Lornsen sorti en 1967. Elle compte 10 épisodes. La bande sonore a été confiée à Ingfried Hoffman dont la chanson de générique est joué sur un orgue Hammond.

Le soundtrack de la série est disponible depuis 2002 chez l’excellent label allemand Diggler en CD & LP (édition limitée). 23 titres au programme pour une durée d’écoute de 39 mn accompagné d’un livret glacé en couleurs de 12 pages. Ingfried Hogffman a adroitement mélangé les sonorités beat, funk, jazz et bossa nova pour un résultat quasiment intemporel. Le Frank Popp Ensemble a remixé quelques titres pour l’occasion.

Le générique :

Le trailer du coffret DVD sortie en 2005 pour tous ceux qui en demandent encore :